une Chrétienne née sur la terre arabe.

une Chrétienne   née  sur  la  terre  arabe.

2013


Anselm Kieffer -Art and Spirituality


04/01/2016
0 Poster un commentaire

Requiem de Verdi -Herbert von Karajan- La Scala de Milan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je vais  éviter soigneusement  de  parler  de la  « magistrale  » direction d' orchestre  de  Herbert von Karajan , des voix  sublimes  qu 'il a dirigées  , du chœur  exceptionnel  de la Scala . Tout a été dit et redit .

 

J 'ai perçu dans l'interprétation de ce requiem le souffle du compositeur.

 

Explosion

 

Murmures des âmes

 

Entrevue des anges musiciens

 

Masse céleste en mouvance née d' un plafond de Tiepolo

 

Gloire en bleus

 

Rêve pour un vie nouvelle

 

 

 

 

 

 

 

 

 


20/11/2013
0 Poster un commentaire

Après les cent premières page de « Naissance » Yann Moix

 

 

 

 

 

 

 

 

 IMG_2187.JPG

 

Un Havana blues chez Publicis aux Champs , et « Naissance » entre mes mains. J'attaque un roman dont je pressens la vie avant la vie sur terre ,avant la vie sous terre .

 

 

 

Je ne suis pas intéressée par les « Prix » ,
n' accorde que peu d' importance à des équipes satisfaites d'elles mêmes ; je ne concède aucun « Prix » à une œuvre d' art, cependant une œuvre d' art a une valeur , celle de mon intérêt artistique pour les mots, celle de la voracité de mes yeux à vouloir s'inviter chez les autres, celle de
l 'enthousiasme de mon regard, ou de ma compréhension .

 

 

 

Yann Moix :un patronyme malaxé de nougat avec l 'or des scythes une mixture de pâte à bois et de petites morts : plein la bouche, plein la gueule ,gueule du Maure qui flotte sur le drapeau corse ; mâcher avec le comment et le pourquoi ; le temps est le héros de l'éjection du Moix ,Le Maure .

 

J'en ai plein les yeux , Naissance me tombe dessus comme comme un tableau de Francis Bacon .    Roman... Rom.... Ror.... Or ….

 

 

 

 


15/11/2013
0 Poster un commentaire

Friedrich Nietzsche : « Dame et damoiseau ne donnent au jeu de dames que la moitié de la noix dans le cours de la conversation de Zarathoustra, donc cher ami lecteur , à toi de découvrir l 'autre moitié »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-Friedrich Nietzsche : « Dame et damoiseau ne donnent au jeu de dames que la moitié de la noix dans le cours de la conversation de Zarathoustra, donc cher ami lecteur , à toi de découvrir l 'autre moitié »

 

 

 

Un numéro de rare maîtrise donné à mon amie Lune

 

 

 

-Lune :J 'écris une vie qui a vécu pendant 20 ans avec un seul personnage .J 'écris la vie d' une mère qui 'a cessé de voir son fils partir sans jamais pouvoir l'attraper et reprendre ce fameux coup de fil tellement rigolo. J' écris un livre de femme déboussolée qui a continué à voyager ; acheter des robes , se parfumer , mais toujours accompagnée, avec toujours la même «  arabesque de ma mère,   »;

 

 

 

Antoni : Ma patiente mère eut vingt ans pour être enfin nourrie de ma mort et donner à sa vie un contre poison ,un art de tisser des brouillards de souvenir dans la lune et le soleil avec un grand moment de douleur et des voix du cœur portées par la pénible vision de m 'avoir vu sur mon lit de mort gémissant sur ma couche de douleur comme un amant perdant son amant , me démenant comme un beau diable dont les immenses grandeurs n 'auraient été que ses petites amours de malheureux jeune homme pris dans les rets d' une passion sans autre arme que la beauté de la séduction .

 

 

 

Ma prime enfance a eu comme Noël féérique un cheval avec son amusant sulky, mais rien n 'était aussi divertissant que d'amuser la galerie en faisant le jeu du train qui fait le train avec des épingles à linge en bois toutes engrenées les unes dans les autres .

 

Ma mère me magnifiait pendant que mon père vivant dan la notion monétaire du «  combien tu valais  »  face à la fortune des amateurs de coma de la colonisation française en Algérie, lui donnait deux noms : un doux et un amer la lamina indûment à mon grand regret .

 

Mais à mon grand étonnement ma mère ne sut jamais montrer un commencement de révolte jusqu 'au jour fameux où elle décida de me mettre dans le grand établissement de la plus haute autorité ,avec de beaux jeunes gens de tous les pays , un divertissement entre sunnites et chiites je veux parler du Lycée Lakanal à Sceaux .C'est là dans une cour de jeux de garçons que je mutais du monde de jours heureux au monde des nuits d' enfer .

 

 

 

-Lune :Mais Philippe tu es mort , tu ne peux plus animer nos inoubliables rigolades nous sommes séparés par le masque du rire , même dans mes rêves tu es un homme du ciel sans voix et sans couleur .…..

 

-Antoni : Séparés autant sur terre par une remarquable nuée de mouches noires venues envahir mes mémoires de la terre. M aman donne à tes rêves le mot de maladie et tu seras enfin guérie.

 

 

 

 

 

- Friedrich Nietzsche -Un chant du Mont des Oliviers a déjà été émis par mon ami le Christ comme un cri d e douleur. Ma grande démission a été mon doute et mes hésitations avant de perdre la faculté de la maitrise de mes pensées .Mais ne le dis à personne car rien n'est jamais aussi doux qu ' un secret de philosophe animé d' une vision grégaire sans un sou de maturité en dehors de ses monstrueuses armes de séduction que sont ses vues démesurées sur les autres humains , donc , mène la danse avec ton agneau sacrifié même si tu as le cœur en mille morceaux .

 

 

- -Lune : Pourvu que je danse ? C'est ça ta parade ?

 

 

 

-Friedrich Nietzsche : Ma chère Lune , mon dernier soupir a été pareil à un chant d' oiseau avide de nouer chant et danse avec les âmes chéries qui entouraient ma céleste amante Lou , mon ardente passion , dont je n'ai jamais cesser de comparer les douceurs de son haleine à la nourriture des abeilles c'est à dire à l 'Or du Rhin.

 

Mais tu ne dois pas mendier à la vie ce qui ne t'appartient plus , si ce n 'est le chant du commencement de la fin de ta vie tournée vers le troisième menuet de Mozart, le plus beau , celui d' un charmant soleil sous le réel et rare engagement d' un ange musicien venu te dire les plus belles paroles de la terre , ton fils Antoni .

 

 

 

Amen …... Et.... danse le troisième menuet en mi du même dièse que celui de Mozart avec ma muse , Lune, ...

 

 


11/11/2013
0 Poster un commentaire

-Friedric Nieztsche : Convalescence en roue libre .

 

Guerrier  avec armoiries.jpg

 

-Friedric Nieztsche : Convalescence en roue libre .

 

 

 

-Le Fils

Ma destinée a pris un drôle de tour le jour où mon médecin a été très franc avec moi.

Mon cheminement mené amèrement me donna le même goût qu 'une d' une coupe de mauvais vin aromatisé d' une dose de marron d'Inde mariné dans un mauvais jus de café donnant à ma mère la triste et indubitable image d' un garçon sans avenir .

 

Ma mère eut la pénible nouvelle dans un rêve de nature à donner le frisson à n ' importe quelle personne ayant un minimum de connaissance sur le sujet de la mort , mais ma mère n 'a jamais vécu ailleurs que dans la matière « rêve » donc le mot de Renaissance inscrit sur le mur blanc de son rêve lui apparut comme l'annonce merveilleuse de la vie qui recommence dans le meilleur des mondes au cours d'une géniale danse des sons et des lumières qu 'est la vie d' une oranaise

d' un siècle passé depuis un siècle .

A mon grand étonnement j 'ai été paramétré comme un rêve de chat qui monte au ciel sans coussin de soie et sans une goutte de lait .

 

Pendant ce temps , mon ami Friedrich Nietzsche nourrissait le même sentiment d' amertume dans la forêt de Brocéliande. Même les bêtes de la forêt lui disaient : va à la fête avec Mélusine , tu uniras la joie d' un monde de fées à la musique des oiseaux du paradis , amis des musiciens du ciel et particulièrement de Wagner sans qui rires et chansons auront été juste de muets petits amusements pour enfants de chœur .

 

Dans ce maelström de chants mêlés de magnum de champagne et de nombreuses munitions pour la guerre du feu , ma douceur de vie s'en est allée. Ma mère ne sut jamais que la milliardième partie de mon histoire de jeune homme donnant le change au monde du commun des mortels .

 

Un magnifique adagio de Aram Ilitch Khatchatourian  est venu m' unir à ma mère dans le monstrueux conduit où des millions de petites étoiles marginales couraient pendant que dans la partie la plus aride de la terre , mon corps était enduit de vers en plein milieu de la terre ; comme des morsures d' araignées venues me prendre la vie le jour où, justement, j 'allais me marier avec mon bel amant , un homme superbe, amoureux de mes cheveux d' ange et de mes yeux de vent des mers du Sud .

 

Le lendemain ma mère n 'a pu soutenir la vision de matière pierreuse que je dus:montrer à cette femme , mémoire inerte , amoureuse du soleil , joyeuse de mes joie puis anéantie comme un oiseau sans ailes dans le couloir d' un hôpital dont les ouvertures se seraient bloquées par suite d' un tremblement de terre à une échelle à dix millions en une seule nano-seconde

Ce fut en effet la vision d' un mur de pierres royalement empenné d' un mourant sur une musique de Wagner, pareil à un opéra sans le chant des chœurs , muet parce que brutalement englué dans la vase des splendides porphyres de l 'Égypte ancienne

 

Pendant ce temps, mon ami Friedrich Nietzsche se doutant de ma grande frayeur menant petitement son chemin de convalescent nomma ce qu 'il a appelé le nid de la pensée, me grisant de murmures délicieux d'oiseaux de condition vorace unanimes à flinguer un artiste universellement connu, primé et reconnu comme une voix de chantre d' outre -tombe perdu par sa vanité

dont ils n 'hésitèrent pas à vendre le chamelier et ses chameaux sur la belle place

Jemaa el-Fna de Marrakech et s' envolèrent pleins de joie dans le ciel des mirifiques amoureux des réalités humaines .

 

-Friedric Nieztsche :

Ton épouvantable effroi devant le masque comme un monde de mue a été le vase le plus précieux orné des pierres les plus précieuses dans ton œil d'artiste .Un immense vase de Soissons venu te mémoriser la fameuse partition musicale de Wagner . Mourir, enfin mourir en état d' ivresse. Même moi , pendant ma convalescence , ma chère amie, j 'ai été en proie anormalement pour une condition de convalescence, dans des murs, entre des montagnes d' artistes et d' animaux plus avides les uns que les autres de me dévorer par tous les moyens, mais un seul choix m 'a été laissé : un oiseau avec des cheveux d' ange est venu me dire : «  ni ton égo ni ta belle moustache n 'auront jamais été aussi précieux que le jour où tu as eu la grande joie d' entrer en contact avec le monde du poète des amours , Ronsart , celui qui vécut pendant cent ans avec le même refrain sans jamais le dire qu ' à un seul homme , celui de son propre temps, donc même avec la même roue , tu peux être ici et là .Alors ; mon amie!Ris en venant unir tes miettes d' égo aux nombreuses immenses munitions poussiéreuses d' un centre jouant à être le nœud d' un nouveau centre de miettes de nos égaux enivrés de paillettes dorées.

Vendre de l 'art et vendre une mémoire d' artiste c'est en même temps la mort et le portail d' un merveilleux état de convalescence …... Malédiction d' un jour équivaut à mettre en doute un tour de roue sans mener le mourant à sa véritable mort donc à la vraie vie .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


31/10/2013
0 Poster un commentaire


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser