une Chrétienne née sur la terre arabe.

une Chrétienne   née  sur  la  terre  arabe.

2018


« Je t’attends « …Jankelevitch a disparu !

Résultat de recherche d'images pour "le passé"

 

 

Tout à l heure tu mentionnais la distance qui séparait nos tout premiers échanges . Je ne suis pas retournée sur les lieux . Pour moi tout a émergé dans deux lettres : « en toi  » que tu as plantées at the right time ,the right place . Comme le gong immense qui n ‘a besoin que d’ un point pour envoyer sa résonance par delà les montagnes sur la terre fertile .

En ce moment tu es à une altitude de 10 mille dans une bulle où j ‘existe parce que ma voix a existé . Serais-tu  l’architecte de  nouvelles frontières que nous allons faire dériver pendant trois jours ? Trois jours déplacés d’un temps que toi et moi avons vécu jusque là et qui ne sera plus jamais le même .

Soulève ma jupe ,dégrafe ma blouse , soyons les heureux , les impudiques les voyants qui s’allument parce que c’est là que les soleils prennent leur source. Nous étions prêts pour cette embuscade et nous ne le savions pas.

Je t’attends


18/12/2018
0 Poster un commentaire

"On est pas couché " Boualem Sansal ,Charles Consigny et Mme Tartampet

 

Boualem Sansal, homme fin, universel a une vue globale de la situation .

Monsieur Sansal ne pourra être en aucun cas accusé de ne pas nous avoir prévenus des dangers présents galopants des barbares islamisant nos pays sous les yeux de nos dirigeants déficients.

Je l 'ai écouté attentivement .

Madame Tartampet garante de l 'An I de la Révolution Française, a-t-elle voulu déstabiliser Boualem Samsal avec ses questions tordues  et son sourire venin ? . Mais oui Madame Tartampet, les banlieues de France peuvent aussi être des maquis occupés par des voyous islamisés haineux issus d' une émigration récente.

Boualem Sansal est un algérien courageux, très courageux . Il n 'est pas français ,ce qui le conduit à partager avec Madame Tartampet l ' idée que l 'extreme droite utilise la peur du terrorisme, que les banlieues ne sont pas un véritable problème .

À l 'époque j 'avais vu une photo de lui derrière les fils de fer barbelés de son balcon à Alger.

 

En fin d 'émission j 'ai le sentiment d'une conversation de salon sur un sujet très grave avec la réserve et la naïveté de Charles Consigny .Non , Charles Consigny , « nous ne résistons pas bien » à la vague d'attentats qui saigne les français. «  Nous étions tous Charly » n 'a pas été d' une grande efficacité . Notre justice n'est pas totalement juste et souvent inconséquente.

J 'observe la grande prudence de Boualem Sansal qui pour avoir vécu les années 90 sanglantes en Algérie voit les petits meurtres de nos barbares à capuchons et barbes noires comme une série b de cette expansion islamique diabolique monstrueusement effrayante .

Nous ne pouvons que féliciter que Boualem Sansal d'être un arabe sans être musulman et de parler français avec tant d' élégance .

 

 


16/12/2018
0 Poster un commentaire

Entrevue élémentaire entre l’auteure, Kateb Yacine et Ajaccio un premier Mai 2014

DSC_5643.jpg
Un oiseau de mer
 : C’est toi qui me vois,  toi qui peins, tu t’es prise pour un écrivain ? Madame Polony dirait « un écrivant » et elle aurait raison.

Mais qu’est-ce qui t’a pris ? Tu te fais un roman ? Tu as telle­ment lu ?

Romania : Non, de mémoire de la Rome ancienne j’utilisais seulement un jeu de dais avec quelques artistes qui ornaient les murs de superbes couleurs de mon invention et nous étions heureux.

Un oiseau de mer : Depuis quand peut-on se dire écrivain ou artiste quand on est presque nue, animée par le génie d’un’Talleyrand puisé dans ta folle imagination ?

Romania : J’essaie d’obéir aux règles de la société, je suis claustrophobe, je ne sais toujours pas si je serai au même endroit dans cent jours, et pour ramifier les vides au comble de leurs ronds et de leurs carrés ma pauvre tête régit mal mes pulsions de mort dans les fonds baptismaux de la cathédrale d’Ajacciu. J’ai à peine cent ans, autour de moi ça s’agite ça brasse les vagues, ça parle toutes les langues et ma mémoire de romaine est saturée de rêves d’évasion ; je surfe sur les crêtes des vagues et de temps en temps je reçois une salve de plomb.

Tu es un oiseau ?

Un oiseau de mer Dans ma cage on me donne toutes sortes de noms d’oiseau.

Congrégation ou compassion doivent réaliser vie et mort des oiseaux de mer joyeux mais réglés sur deux grands principes, muer et nager dans un ciel avec trois choses en tête, le sens du vent, suivre les vents uniquement marginaux comme des vents de bénédiction pour les cerfs-volants, enfin unifier deux dons en une seule entité, l’art de ne jamais donner aux chasseurs trois centièmes de chances pour te permettre de pourrir sur place car même un marquis de croisades n’a jamais pu rentrer dans ses terres sans porter un rameau d’olivier béni soit par le roi, soit par Dieu, soit par ses pairs.

Mémoire, ordres neufs ou vieux, ondes et vents du Nord ou du Sud me donnent un entre-goût de paradis ou d’enfer.

Mener un condottiere en gondole ou mener un oiseau en lui donnant le rôle du gondolier c’est avoir un petit appât de ver­misseau, être un peu mince de transmission de génie comme un compas sans pointe et sans jointure de médiation avec la lune, autrement dit c’est rêver en étant une couleuvre en pleine divagation.

Génome de génie, grandes décisions dans les urgences, amant des causes de la royauté de Chine ou de Madrid, un « écrivant » est un radoteur peut-être mais son crédit est entré dans la mémoire gigan­tesque du web comme un ver à soie dans la mémoire uranusienne prise entre les masses des cycles du Rien et du Tout avec le mépris d’un photon sans lequel… plus de lumière ! Chère lune, rarement un coup de grisou fut conduit avec autant de douceur et un irrationnel lunatique mira­culeux axe montrant et la misère et la richesse du mot « écrire ».

Romania : Dans le grand « charivari » de l’émotion de la première lecture du grand homme, prise dans une vague de haute ampli­tude, je me mis en navigation mode rodage et angélisme en mer de Chine et de Navarre avec Mr de Talleyrand dans mes règles de société.

 


15/12/2018
0 Poster un commentaire

-Maman, j ‘ai décidé d’arrêter AZT

 

 

-Maman j ‘ai décidé d’arrêter AZT

Sans voix , impuissante , respectueuse , pendant que tu montais aux cieux, nourrie de toi sur la terre hostile , harcelée par un quotidien qui nous devenait  étranger , les genoux en sang , j ‘allais  sur l ‘air d’un « Jésus que ma joie demeure »…..


12/12/2018
0 Poster un commentaire

"« Autant en emporte le vent » coté pile ou coté face , c’est selon."

 

Évidemment la savante Miss Manohla Dargis comme le veut le vent #MeToo, y est allée de tout son coeur de femme américaine libérée pour amalgamer Harvey Weinstein aux baisers- ciné des films que naïvement nous trouvions romantiques du temps où les amours étaient belles.

 

 


12/12/2018
0 Poster un commentaire


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser