"Les billets fous de Luce Caggini"

Épousailles schubertiennes

 

 

Un jour, elle avait entrevu un quatuor , le cellist était passionné , ça se voyait , cela l 'avait coupé de la réalité des autres et elle, aspirée d' un coup dans un séjour où ni le bonheur ni le malheur existait , happée, les bras au ciel , le corps soustrait à toute loi ,toute raison , nue comme l ‘esclave mourant d’ un Michel -Ange étourdi, vaporisée de bonheur elle épousa Schubert et le quatuor d’un simple élan .

 



02/09/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 38 autres membres