une Chrétienne née sur la terre arabe.

une Chrétienne   née  sur  la  terre  arabe.

Munch, Miro PIicasso , trois hommes dans mon bateau

Munch, Miro PIicasso , trois hommes dans mon bateau


 

IMG_4158.JPG

 

 

Quel étrange fait !

 

Ces peintres qui veulent magnétiser les pauvres petits apprentis de mon genre , à la manœuvre durant les nuits ; leurs images se chargent en vibrations, leurs tableaux tressautent, leurs voix sans intonation à ma grande surprise perdent un temps sur les mots et les couleurs.

Parmi mes mémoires, incomparables furent mes émotions à peindre et à aimer. Je m
e souviens avoir visité certaines cathédrales et voir miraculeusement accrochée une de mes toiles dans la pénombre des voutes sacrées lumineusement emmenée dans un « Miserere » avec Grégorio Allegri, à peine murmuré .

 

Une idée, toujours la même ne cessait de me traverser de part en part, mettant en jeu des rondes et des ondes de joies bénies avec les couleurs des soieries dansantes de la Renaissance.

 

Et j' entendis le Cri, tous les Cris de tous les Mozart, de toutes les révoltes, de tous les enfermements, de toutes les voutes, des ors et des pierres écrasés, des pigments saccagés parce que le Haut et le Bas simultanément avaient transformé une question en réponse.

Il suffisait de déplacer les voutes et les ombres, dormir les yeux ouverts, inhaler le ciel, secouer ses semelles, écouter son propre silence pour regarder la peinture .

Entendre mes favoris me donna le ton des bénéfiques voies dont Miro fut le maître en bleu et rouge.

En criant ma douleur de ne pas être hautement étoilée ,et rougeoyante, ce fut Munch qui mit immensément ma douleur à

l'abri de mes jours de deuil . Ce Cri là m'avait parlé sur le champ dés notre première rencontre , ce fut un coup de cymbale dans nos ciels désunis car personne au monde ne s'était jamais permis de me crier avec autant de hargne. Je l'avais d'abord vu de loin puis je l'avais scruté , mais était-ce bien nécessaire ?

Chaque courbe , chaque ligne droite était greffée dans mes données névralgiques. La possession de ce tableau ne m'aurait rien apporté de plus, il m 'avait autant que je l'avais , là où j'étais , il était .

Picasso était le troisième croisé dans le musical mouvement de mes révolutions lunaires.

Regarder la peinture m'avait incitée à lire ceux qui avaient regardé la peinture . J'avais ainsi arpenté les siècles, les stèles et les souvenirs de ces mêmes stèles .

Belles, elles étaient, savantes parfois, décoratives trop souvent .

Les savants savaient.

Ils ne cessaient d' étudier, de transmettre leurs études , traduisaient , décrivaient .

Pas une seule flèche érudite ne m 'avait remise en selle après être tombée du tableau . Moi, je trouvais dans mon regard le lien qui m' unissait à une toile, même si je savais par une intuition métaphysique que son créateur parti, la toile abandonnée sur terre n 'était plus qu'une coquille vide ;

Alors, que s'était -il passé avec ces trois là?

Trois clins d' œil avaient transpercé la couche d' ozone ?

Trois meurtres unis dans un camp d'extermination sans autre recours que mon regard pour se décomposer et se recomposer dans ma tête ?.

Unie dans un entre-temps par une émotion quasi pathologique je fabriquais sans le savoir un cordon ombilical non engendré par le sexe, sorte de reproduction par toile porteuse qui me permit le titre non encore médicalisé, irréfutable et non transmissible d'artiste peintre

Ainsi un agneau et un bélier se mirent à cheminer dans les allées d' une sonate Bethovénienne sans héros, comme deux contrastes , un duo de muets, leurs deux doigts unis par un anneau magique, enfin deux amis venus danser chacun un menuet sans partition et sans mesure .

 

 



07/05/2017
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres