"Les Billets fous de Luce Caggini"

adiós Mama

Adiós Mama

Voilà, je crois que je suis bien parce que je viens d'avaler un verre de trop  de vin blanc , mais je suis ailleurs.Une heure avec ma mère qui a été jetée dans une maison sans mon accord.

Nous avons écouté ensemble une Fantasiestücke de Schumann .

Je lui tiens la main , pauvre main , un serrement un peu plus appuyé dans les passages si fluides de cette musique qui a été sa vie .

Sa tête va et vient :

-« On ne comprend pas la vie quand on meurt » . D' où ça sort ?

Maman je t 'ai méconnue ; combien de fois t 'ai-je opposé ma suffisante compréhension de choses avec insolence et arrogance ?

Maman!

-« Tu sera soulagée quand je ne serai plus là »

Elle me parle d' une femme décédée depuis belle lurette qui aurait eu une fille qui...

Égarement dans la douleur .

Je suis la plus fragile des deux .

Ma mère grande...encore plus grande





 



10/08/2009
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres