"Les billets fous de Luce Caggini"

Alain Finkielkraut : «Nous vivons la fin de la fin de l'Histoire»

 

 

 

 

Jusqu'à ce moment, le monde est partagé en deux: la maison de l'islam et la maison de la guerre.http://

 

"L'Histoire fait son retour dans un pays et sur un continent qui se croyaient définitivement hors d'atteinte. Et cette Histoire n'est pas belle à voir. Ce n'est pas la réalisation triomphale de l'esprit décrite par Hegel. Ce n'est pas le grand récit palpitant de l'émancipation universelle. Ce n'est pas le progrès de l'humanité jusqu'à son accomplissement final. Ce n'est pas, entre guerre d'Espagne et 2e DB, la geste héroïque rêvée par Régis Debray et tant d'autres. Bref, ce n'est pas Madame H. (1), c'est l'Histoire avec une grande hache, qui, au titre de «croisés», d'«impies» ou d'«idolâtres», peut nous faucher n'importe où, à tout moment, quels que soient notre âge, notre sexe, notre profession ou notre appartenance. Les spectateurs du Bataclan et les clients de La Bonne Bière, de La Belle Équipe, du Carillon et du Petit Cambodge ne portaient pas d'uniforme. Ils ne militaient pour aucune cause, ils ne remplissaient aucun mandat. Ils buvaient un coup, ils partageaient un repas, ils écoutaient un concert: ils ont pourtant été tués. Nous avons beau vivre en démocratie, le totalitarisme de l'Histoire est désormais notre lot. Totalitarisme, en effet, car, loin d'accoucher de la liberté, la violence qui se déchaîne est une calamité sans échappatoire, un fléau auquel personne n'est libre de se soustraire. Envolée comme promesse, l'Histoire ressurgit comme destin et nous dépouille pour longtemps de notre droit à l'insouciance. Pour résumer le bonheur parfait, les Juifs d'Europe centrale disaient: «Wie Gott in Frankreich.» Selon Saul Bellow, cette expression signifie que «Dieu serait parfaitement heureux en France parce qu'il ne serait pas dérangé par les prières, rites, bénédictions et demandes d'interprétation de délicates questions diététiques. Environné d'incroyants, Lui aussi pourrait se détendre le soir venu tout comme des milliers de Parisiens dans leur café préféré. Peu de choses sont plus agréables, plus civilisées qu'une terrasse tranquille au crépuscule.» Paris était «la ville sainte de la laïcité», mais les massacres du 13 novembre ont fait le malheur de Dieu."

 



20/11/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 41 autres membres