"Les Billets fous de Luce Caggini"

Amendement numéro mille e tre : mettre Mozart en mémoire de moi .© Christ

 
 
 
 
 
 
 
 
Amendement  numéro mille e tre : mettre  Mozart  en mémoire  de moi .© Christ 
 
Les  uns vers  les autres .
 
Le temps est un élément traitre  et  en même temps accordons lui  de remettre  chaque chose à  sa place pour  autant  que  nous gardions la tête  froide  sous le bonnet   ,mais  que nous jetions la toque du juge par dessus les moulins ;
 
Aller  jusqu ' aux  frontières  invisibles, où  tout ce  qui tient encore debout est noyé , où  tout ce qui se voit devient transparent où la vitesse  se  met  brusquement au ralenti où l 'observateur pour traverser la planète , croyant lire  son destin dans les  écailles  d' une tortue,est  saisi de l  ' ignorance et de la  cécité en attendant la fin de sa quête .
 
 
Il n'entend   que les gamins  rieurs , les marchands de beignets , les souffleurs  de feu .
Les uns, les autres , ceux  d ' hier et ceux  qui ne  savent même pas  que ceux d' hier  mangeaient  des  beignets  de fleurs  de courgettes  sur  le  marché d'Ajaccio . 
.Ce qui revient à dire ? 
 Traverser l ' hémisphère  nord  jusqu  à
l ' hémisphère  sud  en  petite culotte   et sans  sous  -tif  avec innocence et furie  qui  ignorent
 l ' impatience,  l 'effroi ,la  peur  de Han  Fu-Kiu  devant les  Japonais .
Explorer  ce que les grands  savants mettent des lunes à  décrypter  ,l ' œil  collé  sur leurs  savants  outils et que l 'artiste ,parce que il a  d'autres  yeux  pour  voir ailleurs se  contente  de raconter .
À 14 644  km  de Paris , Singapour m 'avait poinçonnée .Désormais j 'étais  empreinte  empreinte  d'enchantement :  charme des jolies femmes appartenant  à ce pays  de fleurs  que la blonde  la plus sexy des Europes  réunies ne pouvait que refléter une fleur de plastique fabriquée dans un atelier  clandestin du  13 eme et qui  aurait eu l ' incongruité de vouloir  être..
 
Combien les fièvres sont  bonnes à vivre , pourvu  que les  déchainement soient les nourriciers des âmes  d'artiste et leur  font perdre  la raison  pour aller  marcher  sur leurs mirages, dans des routes  qui n 'en finissent jamais ..
 
 
 « Le mot chinois  est un signe  complet en lui  même , réalisant une manière d'être, différent de ce  qu 'il dit et déjà très supérieur à ce qu 'il daigne signifier » 
Immensité  du vide  pris  la  main dans  le sac . 
 
 
J'ai besoin de  écouter le Requiem de Mozart , pour la première fois  j 'en ai besoin  .
Si la musique  a cette capacité  de rendre  si  heureuse  et si malheureuse, elle  a  aussi  cette  aptitude  de mettre en communion les âmes  qui se cherchent,  celle  qui ont perdu leur  orientation , hors  de leur maison , dans leur maison .
Un  monde  semble alors  se fermer , un autre
s' ouvrir ;
Une chose  est sure : être seule  dans cette galaxie nouvelle , sans nom  je ne suis  pas  perdue .
Suspension  où  je viens  de  prendre naissance  entre deux notes .
Serai-je  perdue ?
La boussole ne se trompe  pas. Ne serai-je qu ' un  vestige hésitant  entre  le verbe et la note ?
Et le chant  alors ?
Une  simple  corde vocale ?
Un  prodige  divin........Suspension .
Je  touche  la pierre , je passe  ma main sur tes murs .
J'entends la  prodigiosité  de ta  voix charnelle auréolée de vertu  divine.Quelle  est  cette intuition ?
Ma Musique s ortie de l ' ombre , issue  des entrailles  d' un ciel  inversé , d' une terre  embellie .Là  pas  d 'entreprise  humaine , pas de  fausse apparence , , seule  la transparence du  sol  sous nos pieds , là  où le rêve  prend naissance sans notre  consentement , où les images  se lisent sur les murs blanchis par nos yeux  clos pendant que  les  ondes sourdent  
dans nos âmes   doucement  éblouies .
 
 
 
Attente  sans rien attendre .
Femme ou homme , je ne sais pas dans ce monde  de  lumières  où mes sens sont  interchangeables .
 
Immobilité ;
Je suis sans  être .
La peine, comme  des poussières  restées  collées  .
Quand  la douleur abandonne,   surgit  une  clarinette  mozartienne, une flute de berger , mais  la douleur  n 'a  pas abandonné ;les incrustations dans la chair  ne se voient pas  parce que l 'âme  est latente au plus  creux  d' un ventre et c'est là que battent  la vie  et la mort  des poussières 
 
Antoni ! Je n'avais pas pu  assister à cette chose  innommable que les  gens  font  quand on doit  partir de cette  terre .
Mais Je viens  de faire un  rêve : Tu es de profil là  où...... Je crie fort , si fort que je t'ai réveillé et tu me regardes.Tu me dis « ton cri  était  cristallin ».
 
Les mères  imaginaires  ont -elles  des  douleurs  imaginaires ?
 
C'était  l ' histoire d' une péripatéticienne qui avait  muri sa pureté  pendant neuf cent ans  en sacrifice de sa famille car elle avait connu  le Christ en lui essuyant les pieds au pied  de la croix .
 
Fascination 
Je  brûle 
 


26/05/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres