"Les billets fous de Luce Caggini"

Arrêt image sur Edward Hopper , L'homme puni de sexe

 

  Edward Hopper ….L'homme puni de sexe

Dans une gare épurée de toute la mémoire de ses amants, comme un centre de triage sans un seul agent de chemin de fer, Edward Hooper maîtrisa réalité unie à absence de réalité, entre nue et vêtue, où vie et absence de vie ne furent jamais unanimes ou muselées mais empreintes de réalité condescendante.

Menant ses mues et ses manipulations d' un monde privé d'échange vocal, Hooper parle aux autistes .

Rien de momifié dans son œuvre grâce à la mutation des images en mutation de vie quotidienne car le centre nerveux est dans le goût du peintre pour les formes statiques des femmes et des hommes en pleine effraction de leur intimité  ; ce qui en 2015 serait un selfie de mauvaise imagination fut la marginalité du peintre de l 'attente .

Un grand désir de mettre les gens et les choses en ordre , un art d'être un parfait gardien de l 'ajustement du monde. Un immense aventurier de l 'unité dans un angle de vue sans autre tenue que d'être le spectateur de sa propre vie , sans en jouir et sans en goû ter les joies . A mant du monde des artistes des USA comme Pi casso fut le gardien universel ,amant et artiste du 20eme siècle.

Dans   «  Summer evening   »un jeune homme et une jeune fille dans la lumière artificielle d' un montage de trois planches de bois, pureté d'une armada de petites lignes horizontales ,une masse de charges électriques sans chaleur, juste pour unifier les deux per sonnages par l'étrange projecteur du photographe professionnel dans le champ d' investigation du cœur humain .

Milieu de vie sans vie et sans ivresse   , le mur de planches de «  Summer evening  » est un décor de théâtre .L'amant de la nuit c'est Hopper lui même car le couple de jeunes gens est inacces sible, pris dans leur mutisme .Magnétisme des mots qui ne montrent que la face concrète d' un silence sans jouissance mais réel. Dans le bas du tableau à droite, ce qui semble être des lumières d' une ville battent sur une autre terre .

Utiliser sons et lumières quand on est cloîtré dans un musée, c'est comme une aventure amnésique au cours de laquelle les ors et les sommets des montagnes ont dû modérer leurs couleurs réelles sans jamais montrer les nus et les morts autrement que dans des taches de forme carrée.

Dans ce mausolée de verts de bleus et de jaunes ,mon œil de peintre du Sud se pacifie dans une vision ventilée où les ondes décantées par les souvenirs d' une pureté anglicane sans effusion , ordonnée réalisée à la manière d' un pasteur interdit de sexualité, qui serait pris dans le champ de la vie sans mordre une seule fois la chair de ses romanesques personnages .

 

«  Champion de musiques sous les voûtes des églises et des cathédrales , unifiant notes et harmonies dans un royaume de silences monacales de femmes d'un rêve de peintre de la petite Amérique des années quatre -vingt du dix neuvième siècle, je fus le peintre le moins conditionné par le sexe de la petite moitié de ma vie artistique sans avoir jamais été infidèle à Jo .  Ainsi

j 'amuse les galeristes et les musées qui ne voient en moi que le baptiste en chapeau mou muré dans une chasteté de l 'état le plus austère de New York» © E.H

 

 

 

 



20/08/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 41 autres membres