"Les billets fous de Luce Caggini"

Mettre les mots et les signes en vie . . Être moi et vous en même temps .

 

Quand j ai pris conscience que la représentation d’un objet , d’un visage d’un animal réduisait mon émoi à leur seul contour, je me sentis prisonnière piégée coincée dans le carcan des formes connues. L’artiste qui naissait en moi ne pouvait se satisfaire du dessin parfait .

Séquestrée, en souffrance je suis allée chercher refuge dans l‘écriture . Je vivais dans un malaise permanent et le transférais dans chaque acte de ma vie quotidienne.

Marier idées et lignes prit des années, fut doulou­reux, car il n 'y avait rien de logique ; je voyais bien qu' aucun enseignement n'était possible il me fallait fouiller sans savoir ce que je cherchais . Je passais de l'insatisfaction à la désespérance.Jje reprenais mes pin­ceaux et tombais dans la nasse tendue sous mes yeux secs pleins de répulsion pour ce que mes mains projetaient sur des toiles que je finissais par lacérer .

 



15/08/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 41 autres membres