"Les billets fous de Luce Caggini"

Avril 2019: Ma terre dans ma tête.

 

 

 

 

NYC

1990.© L.C

Je

suis reconnaissante à la triomphale et puissante Amérique

de m

‘avoir ouvert la route inconnue d’ elle même ,

où j ‘ ai

marché seule pour rejoindre ma patrie.

Je vis à l unisson le

partage de la Terre Arabe et de la Croix .

La magie de l’ ART

non figuratif,

c ‘est d ‘avoir échappé aux moules des formes

connues,

pour en restituer l ‘ irrationnelle pureté .

J 'étais loin de chez moi, je faisais œuvre de ma vie , j 'avais découvert que  l'état de L'Illinois avait la forme d' une amphore comme mon Algérie natale. Ça me confortait. Les sables du Lac, les genêts du Lac renvoyaient leur chaleur du cœur.

Quelque part en 2019.

Un sentiment d'exil . Mon atelier est  refuge .Mon jardin d' hiver est quiétude. Je dégraisse mes lectures. Les lunes ont passé où j 'écrivais en toute innocence :

Ma patrie ? Me balader depuis l‘Arabie jusqu en Aramana sans certif de nationalité, avec ou sans tchador, être une tortue paludine parmi les millions de tortues paludines foisonnant dans les

marais de Bel Kheitar dans l’oued Touil chez moi.

Mon choix, me réfugier dans le monde des perdus, unis dans le monde des

arts.

Errant.

Naissance ?, Renaissance ?, Convalescence?

Les âmes ne parlent pas, elles chantent. Ce sont des mariages de poudre et de

rires en cascades.

Maintenant que je parle à Dieu , comme à une mémoire gigantale  de cellules  harmonieuses,  purifiant le monde d’une marge maligne, je le regarde comme un oiseau regarde le ciel, le museau pointé avec l’œil du jardinier qui arrose sa terre pour faire pousser la plante gorgée de succès qu’un rayon de soleil jugera bon de faire éclore en hameçon de vé­rité.

.

 

 



02/06/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 32 autres membres