"Les billets fous de Luce Caggini"

« Beau mensonge du rêve , et si tu n ‘étais que vérité ? »

 

 

 

 

-Tu parles de petites «  sorties audacieuses dont Fontenelle a parsemé ses immortels «  Dialogues des morts » , paradoxes et jeux d’ une intelligence qui n ‘étaient pas sans susciter d’ inquiétude ».

Dis ! si on se parlait  ?

-Nietzsche : Ma chère Lune , tu es moins difficile à comprendre que mes compagnons d’ infortune .

-Lune : Ne me prends pas pour un électron fou , suspendu à la moindre camelote larguée depuis Kiev, enrobée de  noix muscade et de noix de coco .

-Nietzsche: En relisant tes « Nous » et tes « Vous » pleins de ramifications amourichées de dorures et de paillettes , mes camarades du ciel se disaient que Lune périssait de maladie angélique ..

-Lune : Mon chemin m ‘a amenée à Kiev et dans les grandes steppes d’Asie centrale grâce à mon admiration éperdue pour la musique russe ;qui peut me dire mieux que personne quand et comment un rêve de jeune fille ment et ne ment pas ?

-Nietzsche : Mes menteurs du « Gai savoir » ne voudraient jamais être de si piètres donneurs de leçon à une femme comme toi .

-Lune : Je n ‘ai couru aucun risque de dépaysement car Tartanpioski ne m’a pas étourdie il ne m ‘a jamais fait perdre la notion du kopek ou de la galanterie et mes nettoyeurs de cerveau m ‘ ont épargné le purgatoire des amours mortes .

-Nietzsche : Très...très chère Lune , rien de plus mélodique que « Viens poupoule , viens » mais , viendrais -tu si je te la sifflais ? Et ne perds pas de vue que rien ne peut jamais se défaire dans les cercle des arts disparus .

-Lune : Très,...très cher Friedrich, bien qu ‘en marge des esprits de ton calibre , pénitente et repentie , « Nous » en resterons là.

 

 

 

 

 

 

 

 



16/08/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 41 autres membres