"Les billets fous de Luce Caggini"

Bergé, Naulleau, Luchini et un mouchoir en dentelle pour Bergé

Quand une vieille f ….se met en colère !

Bergé se lâche et le spectacle devient pitoyable,il se met à faire des fautes de français, autrement dit , il ne peut contrôler

.

Il ne s agit que de mots, mais des mots qui , mis bout à bout deviennent ce qu ' il est parfois appelé " littérature " 

Les quelques lignes des écrits choisis par Monsieur Bergé, lus par Naulleau, font rire et pleurer à la fois , de tragique nullité

Finalement Naulleau n 'est pas si sévère il aurait pu l 'être davantage , mais c'est un homme courtois on peut seulement le soupçonner de vénérer la littérature et de la servir  ;étant redoutablement chirurgicalement épris des mots et de l 'esprit de la langue française.

-"  oui, la vie est trop courte pour lire de mauvais livres "

-"  tous les livres ne se valent pas, "

Et tant mieux si Naulleau suit sa pente naturelle qui est la pente d' une expression pleine d' humour "

-" OUI Naulleau, tout à fait d' accord :Pratiquer la promotion et la génuflexion ne sert que la médiocrité des médias qui s'y sont engouffrés.

Feu d'artifice final entre Naulleau et Lucchini deux sommets pendant que le pôvre se réduit en poussière.

Mais qu 'a-t-il appris dans les basques de Saint Laurent ?



14/12/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 38 autres membres