"Les billets fous de Luce Caggini"

Fez ou Tombouctou ?… La brèche

 

 

Dans l ‘ impossible ... une brèche .

J’écoute….…. Pour  la mille et unième  fois je suis imbibée, hydratée nourrie par Clair de lune de Debussy;

J’ai choisi l ‘audition du London Symphony Orchestra .

La lune  je l ‘aime immatérielle, fuyante, dissipée, impossible étincelante ou discrète, inquisitrice aussi qui envahit mon sommeil.

Je connais la partition pianistique par cœur comme celle de la première arabesque , j’en sais tous les doigtés.

C’était à Corbara,  au couvent , dans la montagne. corse … S.Richter ….la brèche .   Pas un seule feuille d’ arbre ne s’était déplacée , par une respiration de la plus petite Amore piattu, rien … seul un homme manipulant sa lunatique humanité .

Je ne sais pas si Debussy aurait osé ……

Ça c’était hier , il y a cent un an.

Dieu n ‘était pas encore en équation .

Les peuples se laissaient endormir , les fers et les chaines posés sur la dalle ne pesaient que sur les innocents..La pavane se foutait de l’infante défunte, auréolait les voleurs d’âmes et les pilleurs du sublime , argentait les médiocres , les fonceurs de gloire et de pouvoir . Au bout du conte  off- Broadway , je prends mon vol pour Corbara avec Debussy et mes amis de l ‘ ombre nous serrons nos cœurs et ensemble batifolons sur notre terre de Renaissance.

 



18/06/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 32 autres membres