"Les billets fous de Luce Caggini"

Guéant : une main de velours dans une tête de verrou de prison à double numéro de sureté .

 

 





Trop  facile ,inespéré ,si j’osais je  dirais  rien ne vaut la tête  à 

Gueant !

Ce  tête  à tête  avec  Olivier Mazerolle, un plaisir,  celui  que l’

on ressent quand on vient de se  retirer une épine du pied .

C’est  ainsi que j’apprends que les policiers  ont  un sixième sens ,

 certainement  indispensable   pour repérer  la dangerosité de

  certains individus, et  plus  encore  ceux qui  ont un  look de 

dealer .

Je  me  demande , à   l’examiner attentivement  comme je le ferais

 d’ une  centaine de moustiques  dont j’en aurai extrait un,  quel 

serait le facies d’ un moustique  de calibre  Un vu au travers d’

 une  loupe sans  prémices d’ opinion, sans  imagination,  donc 

avec le plus d e précision possible comme  si la vie  d’ un 

moustique ne m’ indiquait pas le marquage visuel  de l’ un de mes 

frères  en humanité  mais la plus résistance musicale  des rares 

mélodies  de la garde républicaine .

Donc en priant pour  que Mr Guéant ne se fasse pas avaler par un 

petit oiseau , moineau  ou  mésange voulant débarrasser la planète 

du monde  des insectes polluants les  visions  des  policiers venant 

 de la marginale république de Sarkozy , arguant  d’ un  souci d’

 épuration des dealers à face  non municipale amenuisant ainsi le 

dicton: rien ne vaut pour dealer un bon petit minois blondinet 

avec un sourire d’ ange et  un méga  coup de poing américain.


04/06/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 41 autres membres