"Les billets fous de Luce Caggini"

Oran ... un rêve enfoui... Une formule sans frontières...

 

 

 

 

Pâques : le Murdjadjo:Toutes les familles croyantes, pas croyantes, à demi-croyantes gravissaient les chemins caillouteux des Planteurs pour atterrir aux pieds de la Vierge de Santa-Cruz. Là, on regardait la mer offerte comme si on la voyait pour la première fois, et on mangeait « la mouna » dans l’éclat de lumière du ciel oranais.

C’était Oran, la ville où je suis née ; aujourd’hui c’est une formule sans frontières pour révéler mon identité, un alignement de quatre points de rencontre, une belle aura de ma personne. Par temps clair, j’entends venant de « la joyeuse »,

d’autres chants. Ce doit être ça l’envers des souvenirs.

Lesmots peuvent se lire dans tous les sens.

Après toutes ces décennies aimerai-je retrouver mes yeux anciens ?

Ce fut un été de quelques années d’enchantement une vision virginale ... jamais de pluies, jamais de vents froids.Un éternel été vu de très loin aspiré dans un rêve intime.

J’écoute les oiseaux tristes de Ravel, allongée sur une jonque, dans la baie d’Ha-Long en fin d’après-midi.

Pourquoi en fin d’après-midi?

L’or du coucher de soleil les rend magiques.

© L.Caggini

 

 



06/06/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 32 autres membres