une Chrétienne née sur la terre arabe.

une Chrétienne   née  sur  la  terre  arabe.

Dieu dans le « Whos’ who »


 

MON BEL ISRAELIEN.jpg

 

 

Dieu dans le « Whos’ who »

Le ciel pendait de tous les côtés.

Il y avait longtemps que les talmudistes talmudaient, que les moines fondaient en méditation sous leur capuchon, que les nonnes se jetaient à plat ventre bras en croix sur les dalles froides de leurs cou- vents, que la voix des muezzins réson- nait dans le ciel d’Allah, tous intermé- diaires, tous missionnés, tous savants de la Parole.

Parole, image, saintes ou pas, fallait bien aller à la source sous peine de magnifier un Dieu ménagé, engagé, nourri, empri- sonné uniquement par les artistes.

À fouiller dans la mémoire du Christ, à errer à travers les Évangiles pour trouver enfin la vérité dans une trouée de l’éta- mine mitée par des entités mosaïques, des nombres parfaits du chiffre zéro, de manœuvre en manœuvre, de scénario en scénario, une image de Dieu s’était-elle créée en moi ? Avais-je lu et entendu la Parole ?

Existait-Il ?

Et moi ? Mirage muré dans un cerveau étonné, éclair de femme réelle ou re- lais ?

Les gardiens de la mythologie grecque avaient eu des relations menaçantes, mu- tantes avec les maitres du Livre.

Je les soupçonnais d’avoir été immensé- ment ingénieux pour avoir incité réalisa- teurs et grands cinéastes du monde amé- ricain à devenir agitateurs number one de ces nominés périssables, démesuré- ment gentillets prêts à épandre leurs in- digences mentales, visages rafistolés, cramponnés à leurs oscars gobés comme des confettis de l’Olympe. Kyrielle d’angéliques moutures précuites à Hollywood, à musarder dans les agences les mieux rétribuées du monde sans mystère et sans art, partie en vrille ....

 

Chez les Dieux du monde grec ni ange ni démon.

 

Gérant une armée de terre, de mer, de l’air, montagnes dunes ruisseaux mers immensités ardentes menant un combat aventureux mirent leur génie à contribution.

Dans un élan lumineux au rythme andalou, brassant des combats de cendres, tous animés par un marivau- dage d’adultes ils semèrent la panique chez les habitants des nuées de l’Olympe et mirent le feu au mot oracle.

Dans les ravins et les replis du rocher fa- meux t plus haut encore à en crever les nuages, ingénument ce fut toi, Apollon de mi corazón qui se manifesta le pre- mier :

« Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu ». 



30/06/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres