une Chrétienne née sur la terre arabe.

une Chrétienne   née  sur  la  terre  arabe.

Jésus:- « Vous ? Qui dites vous que je suis? »

italy-rome-musei-capitolini-lo-spinario-boy-with-thorn-greek-roman-F4DFKH.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Lui :

-Je suis  pour certains , j’ai été pour d’ autres, du temps où j ‘étais .

- Romania  «  As tu été un homme banal de ton temps   »?

  

L-  «  Oui , mais j ‘étais le fils de ma divine mère»

-R  «  En quoi ta mère a -t-elle été divine?     Si c’est toi qui dit ça, ,ça doit avoir un sens un peu  particulier. Vu d’ ici ,on ne peut pas bien vérifier .»

L-  «Divine, ma mère l ‘a été grâce à son roman entre le ciel et la terre , c’est à dire le rêve .

R-  ??,  

-  «  Tu veux parler de son rêve où apparut l ‘ange ?»

L  «  Oui, elle s’appelait Esther  . Ma vie sur terre n ‘a rien eu de banal, mais ce fut le commencement d’ un effort pour être le fils   digne du roman de ma mère .- 

 R« On te connait nomade ,pécheur, jamais seul   toujours avec tes copains. Tu appelles ça une vie d’effort?

- « Réalise, dans le parcours de mes visites ponctuées de speech, pas un seul généreux donateur , je fus royal , actualisant les rites et les  ramages des uns et des autres, déployant des trésors de sagesse en faisant carburer mes neurones , initiant les riches au jeu du partage et les pauvres au mariage du réel et de l ‘irréel , ma vie d e jeune homme a été assez tendue  je fus moine et même vaguement géniteur de quelques  uns ».

 R -  «  Alors tu ne t’es jamais pris pour un Dieu?  »

 L-  «   Non , radieux mais jamais gâteux .  »

- R «  Quand on pense qu ‘ ils se sont mis à quatre, peut être plus pour nous faire gober des légendes qui tiennent toujours le coup! les miracles, c’était du pipeau ?  »

- L «  Ma   mère Esther a ramé fort pour les réaliser , remettant sans cesse son métier sur le char de la Grande Ours avec la manie qu ‘ont   les mères juives pour le violon .Mais les rares romains qui m ‘ont écouté , m’ on dit que  j’étais le meilleur. Tu vois je suis né sous une bonne étoile .

- R «   Peut -être mais si on te connait pour ta sveltesse , ton teint bronzé , ton endurance à marcher ,tu   n ‘as pas eu de cheveux blancs et tu n ‘as pas fini dans ton lit  ».

- L «  Rien d es combattants de la  seconde guerre mondiale ou d es kamikazes du Japon, je me suis fait    clouer le bec en quatre lettres I-N-R-I-réunies par la magie orale, la vox populi, une pub jusqu’ aujourd ‘ hui jamais rééditée .

- R «   Si je te dis Marie, toi, que dis-tu?

- L «  Aimer  »

.-R «  Dis -moi n ‘as tu jamais pensé à prendre la poudre d’escampette ?

-L  «  Encore toi? As tu jamais rêver de me m ‘ inviter dans ta maison ?

-R » Dans me rêves les plus fous je t’ai même reçu dans ma couche .

 - L « Les femmes  de ma ville de Jérusalem même aujourd hui mettent un doigt sur la bouche pour me dire leur amour, , elle rient comme toi pareilles à toutes les femmes depuis deux mille ans . Hier tu étais moins hardie ;

- R «  Aujourd’hui je suis venue avec un rêve de ma nuit , je m ‘agitais , je me découvrais avec pudeur , pareille à la reine de Ramallha , sans un radis, sans un billet de train, sans parachute, sans autre have que la destination connue de toi seul : la renaissance du rêve à la réalité   »

 

-  «  Ma reine de l ‘art des ménades ; rieuse et plaisante , réalise que tu parles au Christ sans l a moindre gêne .OK, je suis un homme banal, mais je vois mieux que toi où tu veux en venir .

- R «  Excuse, Christ n ‘est pas jésus !moi je te demande qui tu es , pas ce que tu vas devenir  »

 

-L«Ma chère Luce un hominidé viralement contagieux ,inutilement irradié du raisonnement de sagesse et vision d e ma chère mère, tu vois un type très banal .  Merci de le dire ma rieuse, ramenons le complément  de ma vie à demain .

- R «  Une question que toutes les femmes se posent , t’ont posé même ?As tu jamais regardé une femme, les femmes en te voilant la face ?  »

- L « J’ai regardé les femmes mais je suis resté à vivre comme un ascète  »

- R «  Pas de tentation ? Jamais ?

- L « Jamais le mariage est un engagement , jamais un sacrifice  »

- R «  Tu peux me l e répéter trois fois ?  »

-  L«   Allons Allons Allons !Sois moins méfiante !Mets un cierge avec un mot : ayez de la compassion pour un jeune homme passionné mais épuisé par les questions d’ une petite  curieuse prise de vertige pour un homme de rencontre sans passeport mais passionné de curiosités .

 

 -  R «  He bien ,cher érudit du comportement des femmes sans avoir jamais été pris de vertige par une femme , restons en là et fais vite un remake de ta vie car sans l’amour d’ une femme tu n ‘es qu ‘ une musique muette, un étang sans poissons , un prince pétrifié sans royaume un étudiant en philosophie pendu au premier clou sans aucun metteur en scène …

 

 

 

  

 



12/07/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres